AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM. WWW

Partagez | 
 

 In this world, there is real and make believe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
CALL ME; [ Stargazer ]

■ MESSAGES : 123
■ AVATAR : Nagumo Haruya - Inazuma Eleven
■ DON : Lames Secrètes
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 292

MessageSujet: In this world, there is real and make believe   Mer 6 Fév - 5:35


    -C'est Persé. Faudrait qu'on s'voit.

    Ça avait commencé comme ça.

    Juste quelques mots à peine plus que chuchotés au coin d'une ruelle mal éclairée de Black Station, là où même le fond sonore que produisait en permanence le groupuscule que formait les rebelles du Secteur C semblait étouffé par les murs des bâtiments aux alentours. Un peu comme si les parois de la ruelle avalaient son et lumière tel un cocon sale et poussiéreux pour n'en laisser passer qu'un quasi silence - ça, et une lumière jaune et sale tout juste bonne à vous permettre de voir les déchets qui trainaient sous vos semelles de chaussure et les morceaux de verre d'une bouteille brisée qu'un soulon avait dû laisser tomber.

    Sauf que même ça, ça n'avait pas été suffisant pour l'empêcher d'entendre ces deux petites phrases. Phrases qui, pour quelqu'un d'autre, n'aurait probablement rien voulu dire mais qui pour lui faisaient toute la différence. 'Persé.' Perséphone, Ombre, 00 P59-725A, rousse, travaille pour les rebelles mais passe trop de temps près de Alice – crève, crève, crève – pour que ça ne soit pas louche. Persé, une amie qui n'en est pas vraiment une, le genre d'amis qu'on tien à l’œil car quelque part on a pas le choix. Comme on dit, soyez proche de vos amis, mais encore plus de vos ennemis. Et 'Se voir.' Qui? Où? Pourquoi? Qu'avait-elle à dire à cet inconnu qu'elle ne pouvait dire ici même? Ou alors, que devaient-ils faire? Que...

    -Je m'en fous que tu sois occupé, ça m'enchante pas des masses de devoir me coltiner ta tronche.

    Et le ton monte.

    Retenant sa respiration – réflexe somme toute aussi futile que stupide -, Stargazer recula d'un pas, s'adossant contre le mur comme s'il souhaitait s'y fondre et disparaître, invisible, ses yeux rivés sur l'ouverture d'où provenait la voix, à quelques centimètres à peine de là. Tous les plans qu'il avait pu avoir quand il avait quitté le garage un peu plus tôt lorsque la journée s'était achevée venaient de s'envoler, évanouis dans un nuage de fumée. Car il tenait quelque chose, peut-être. Il ne savait quoi, mais il pouvait le sentir – et ça, c'était bien plus important que le reste.

    -Comme tu veux. J'ai vu un dossier au Palais.

    Un dossier? Au palais? Qu'est-ce que...

    -D'ailleurs on me surveille pas mal depuis, mais ça je m'en occupe.

    Surveille? Qui? Les rebelles, les autres marionnettes du secteur A? Alice? Et pourquoi est-ce que...

    -J'ai pas eu le temps de le regarder en détail, mais il s'intitulait Nuisibles à éliminer...

    Et aussitôt, c'était comme si son sang venait de se glacer dans ses veines, son cœur s'arrêtant le temps d'un court instant avant de repartir, battant à la chamade, la voix de Perséphone s'estompant alors que le reste de ses paroles lui passaient six pieds par dessus la tête – un peu comme si elles venaient de tomber dans l'oreille d'un sourd. Nuisible à éliminer. Le nombre de possibilité que la simple existence d'un tel dossier pouvait apporter l'étourdissait presque – et s'il pouvait mettre la main dessus, trouver quelqu'un qui...

    Un bruit de pas, léger, le sorti de sa rêverie. S'écrasant contre le mur, Stargazer jeta un rapide coup d'oeil circulaire autour de lui avant de jurer intérieurement. Pas le temps de se cacher nul part sans avoir l'air d'un voleur qu'on vient de prendre la main dans le sac. Il pouvait toujours essayer de disparaître dans la foule, ou encore de foutre le camp vers la gauche pour entrer dans cette espèce de boutique bizarre à l'aspect plus que louche mais il était en train de perdre trop de temps à réfléchir et elle était presque là et...

    -Perséphone! fit-il lorsqu'il la vit apparaître à l'entrée de la ruelle, lui envoyant un sourire que plusieurs auraient sans doute pu qualifier d'éblouissant – mais qui, sur son visage, semblait des plus normaux tant on l'y voyait souvent.

    Franchissant la faible distance qui le séparait de la jeune fille, il lui attrapa le bras, s'y attachant à la manière d'un gosse qui s'accroche à sa mère. Un peu comme à chaque fois qu'il la voyait, vraiment.

    -Je savais bien que j'avais entendu ta voix, mhh... Tu parlais à qui? Ça avait l'air important, lui dit-il alors qu'il se dressait sur la pointe des pieds pour regarder par dessus l'épaule de la jeune ombre, un peu comme s'il cherchait à voir si quelqu'un d'autre se trouvait avec elle.

    Même s'il savait pertinemment qu'il n'y avait personne.


« The blood on your hands left a trail as you crawl »
« Down on your knees you just don't look so tall »

Merci Persé pour l'avatar ♥
Spoiler:
 


Dernière édition par Stargazer le Jeu 7 Fév - 2:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CALL ME; [ Perséphone ]

■ MESSAGES : 500
■ AVATAR : Inoue Orihime
■ DON : Barrettes Espionnes
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 597

MessageSujet: Re: In this world, there is real and make believe   Mer 6 Fév - 6:26






"C'est Persé. Faudrait qu'on s'voit. ... Je m'en fous que tu sois occupé, ça m'enchante pas des masses de devoir me coltiner ta tronche. ... Comme tu veux. J'ai vu un dossier au Palais. D'ailleurs on me surveille pas mal depuis, mais ça je m'en occupe. J'ai pas eu le temps de le regarder en détail, mais il s'intitulait "Nuisibles à éliminer". ... Oui. Voilà. Donc si tu pouvais te renseigner là dessus, si possible. Merci. A plus."


Perséphone coupa la conversation en retenant un juron. Qu'est-ce qu'il pouvait l'énerver ce type. Rien qu'entendre sa voix la crispait d'une furieuse envie de lui envoyer son poing dans la figure. "J'suis occupé". Connard va.
La rouquine se frotta le visage en gémissant faiblement, appuyant son dos contre le mur de la ruelle du Secteur C où elle s'était réfugiée pour contacter son "collègue", quitte à salir son manteau. Manteau qu'elle resserra d'ailleurs, le boutonnant jusqu'à son cou. Il faisait plutôt frais alors que le soleil factice de Krash disparaissait pour bientôt laisser place à une myriades d'étoiles pixelisées et une lune toute aussi fausse.
La jeune Ombre avait d'abord cherché à voir son contact directement, mais impossible de le trouver, alors elle s'était isolée dans cette ruelle pour l’appeler. En effet, elle avait aujourd'hui découvert l'existence d'un dossier inquiétant, et ne pouvait pas se permettre de taire cette information, et il avait été la première personne à qui elle avait jugé bon d'en parler. Parce que ça avait beau être un connard, il faisait partie de la rébellion.
Maintenant, elle n'avait qu'une envie, se reposer un peu. Sur cette pensée, elle sortie de la ruelle sombre et...

- Perséphone !

Stargazer. Avec son éternel sourire, qui lui sauta dessus comme à son habitude, s'attachant à son bras comme un enfant. Perséphone, bien que fatiguée, ne put s'empêcher de sourire à sa vue et de son bras libre s'amusa à lui ébouriffer un peu les cheveux.

- Bonsoir Star.
-Je savais bien que j'avais entendu ta voix, mhh... Tu parlais à qui? Ça avait l'air important.

De nouveau Perséphone sourit, alors qu'elle se maudissait intérieurement. D'abord au Palais, maintenant ici. Elle se laissait aller décidément, elle devait faire plus attention. Alors que Stargazer regardait derrière elle d'un air visiblement très curieux, elle profita de leurs bras accrochés pour l'entraîner d'un pas doux loin de la ruelle.

- Il n'y a rien ici, bêta. Tu crois que j'ai des rendez-vous secret ou quoi ? lança-t-elle sur le ton de la rigolade. J'avais juste un coup de fil à passer. ajouta-t-elle, plutôt laconique. Car si elle savait parfaitement vers qui la loyauté de Stargazer allait -ou n'allait pas justement- elle n'allait pas lui tout lui offrir sur un plateau d'argent avec des petites serviettes de soie. Et encore moins au beau milieu d'une rue, même si c'était le Secteur C.

- Qu'est-ce tu racontes, toi ? demanda-t-elle, d'une part pour prendre de ses nouvelles, d'autre part pour un peu détourner le sujet de la conversation, alors qu'elle remarquait qu'ils se rapprochait du garage du jeune homme.






P E R S E P H O N E ″
00 P59-725A

Carring is not an avantage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/MelleRory
avatar
CALL ME; [ Stargazer ]

■ MESSAGES : 123
■ AVATAR : Nagumo Haruya - Inazuma Eleven
■ DON : Lames Secrètes
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 292

MessageSujet: Re: In this world, there is real and make believe   Lun 11 Fév - 23:09


    Se laissant trainer par la jeune femme, Stargazer calqua son pas sur le sien, la suivant sans réellement offrir de résistance – un peu comme un chien avec son maître, vraiment. Ce n'était pas non plus comme s'il avait l'intention d'aller où que ce soit, non plus – oh, non, il ne voulait pas, ne pouvait pas. Il y avait bien trop en jeu pour ça, bien trop dans ces quelques mots qu'avait énoncée Perséphone. Peut-être certains auraient-ils pu penser qu'il faisait une montagne avec peu de chose, mais qu'importe – laissez les idiots parler, ils allaient bien finir par s'en mordre les doigts un jour ou l'autre.

    -Qu'est-ce tu racontes, toi ? lui fit-elle soudainement.

    Levant les yeux de l'endroit où ils étaient fixés – à savoir, un pot de fleur qui penchait dangereusement sur la balustrade de l'immeuble décrépit qu'ils venaient tout juste de dépasser -, Stargazer tourna la tête dans sa direction. La dévisageant un court instant, il finit par hausser les épaules, faisant mine d'y réfléchit un moment alors que son regard parcourait la rue, pas tout à fait bondée mais pas vraiment vide non plus dans laquelle ils se trouvaient. Rue plutôt familière, d'ailleurs, maintenant qu'il y pensait. Il fallait croire qu'il n'avait pas eu le temps de se rendre bien loin du garage; plus que deux autres rues et ils arrivaient pile devant.

    -Ben, en fait, y a un de mes clients qui est venu aujourd'hui et... commença-t-il avant de s'embarquer dans une diatribe sur ce qu'il avait bien pu faire et qui il avait bien pu voir aujourd'hui – avec foule de détails pour la plupart pas des plus utiles à la clef.

    L'entrainant vers la gauche, s'enfonçant un peu plus vers la périphérie de Black Station – là où on y retrouvait moins de joueurs qu'au centre-ville -, Stargazer continua de lui déblatérer ses histoires, lui demandant quelques fois son avis ici et là dans cette conversation qui ressemblait plus à un monologue qu'autre chose alors qu'il cherchait où ils pourraient bien aller s'ils souhaitaient avoir une conversation un petit peu plus... sérieuse. Car, quelque part, il était assez certain qu'elle ne laisserait rien échapper de réellement intéressant si n'importe quel rat qui tendrait l'oreille serait capable de les entendre.

    Eh. Est-ce que ça faisait de lui un rat? Peut-être, uh. Juste une vermine de plus dans une ville de rats de gouttière.

    Surtout qu'au départ, c'était juste un hasard, un coup du sort - allez, vers la droite, juste à côté du vieux bar en ruine -, moment de chance qui n'allait sans doute pas se reproduire de si tôt. Parce qu'il n'était pas idiot, non plus – et la rue vers la gauche, histoire d'éviter le marché noir et ses tentures vermeilles - , et qu'il savait que ce n'était qu'une simple erreur qu'elle avait fait et rien de plus.

    -Tu devais aller quelque part, dis? Je veux pas te déranger non plus... Et puis t'as l'air d'avoir froid... finit-il par lui dire en s'entre-coupant lui-même au milieu d'une phrase avant de lui envoyer un regard désolé, se grattant l'arrière de la nuque d'un air embêté.

    S'arrêta devant ce qui ressemblait à un banc en béton dans une aire qui semblait, si non déserte, moins occupée que celle qu'ils venaient de quitter, Stargazer se laissa tomber sans plus de cérémonie sur le siège à la propreté douteuse. Puis, lâchant le bras de la jeune femme, il enfonça ses mains au fond des poches de son pull grisâtre, balançant doucement ses jambes dans le vide.

    Ici, tiens. Ici, c'était aussi bien qu'ailleurs.

    -Tu m'as jamais répondu, d'ailleurs, Perséphone, lui lança-t-il soudainement, lui envoyant un léger sourire. Tu parlais à qui, finalement, tout à l'heure? Ton amoureux?

    Ahah. Comme si.


« The blood on your hands left a trail as you crawl »
« Down on your knees you just don't look so tall »

Merci Persé pour l'avatar ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CALL ME; [ Perséphone ]

■ MESSAGES : 500
■ AVATAR : Inoue Orihime
■ DON : Barrettes Espionnes
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 597

MessageSujet: Re: In this world, there is real and make believe   Ven 22 Fév - 15:58








L’Ombre avait entraîné machinalement Stargazer par le bras pour marcher. Marcher vers où ? A vrai dire elle n’en avait aucune idée. Ils se retrouvaient donc à se balader dans les rues de Black Station –qui en soit n’était pas le meilleur endroit pour une promenade- et quand Perséphone demanda au jeune homme ce qu’il avait de beau à raconter, ce dernier se lança dans le récit de sa journée. Il lui parla de ses clients, de ce qu’il avait fait, de ce qu’il avait vu. La rousse l’écoutait, hochant la tête pour montrer qu’il ne parlait pas dans le vide, lui donnait son avis lorsqu’il le sollicitait, et esquissait des sourires amusés.
Le long de cette discussion, ils s’étaient éloignés du centre de Black Station, Perséphone se laissant finalement entrainer par Stargazer comme si ils avaient échangés les rôles du meneur de promenade et du suiveur. Cela ne la dérangeait pas. De ce fait, ils finirent par arriver sur une aire beaucoup moins peuplées que l’étaient les ruelles toujours bondées et Stargazer lança soudainement, coupant son récit journalier.

- Tu devais aller quelque part, dis ? Je veux pas te déranger non plus… Et puis tu as l’air d’avoir froid… finit-il en se grattant derrière la nuque d’un air penaud et désolé qui fit sourire Perséphone.

- Pas du tout, j’avais l’intention de voir quelqu’un mais il est visiblement occupé, grimaça-t-elle alors que Stargazer prenait place sur un banc en béton, l’entrainant avec lui, et lâchant finalement son bras. La rouquine en profita pour mettre, à l’image de son camarade, les mains dans les poches de son manteau, croisant une jambe sur l’autre.

- Tu m'as jamais répondu, d'ailleurs, Perséphone, lui lança-t-il soudainement, lui envoyant un léger sourire. Tu parlais à qui, finalement, tout à l'heure? Ton amoureux?

La Perséphone en question mit une fraction de seconde avant de réagir, et finit par éclater de rire aux derniers mots de Stargazer. Qu’il était mignon ! La rouquine riait tellement que les larmes lui vinrent aux yeux, qu’elle essuya d’un revers de main avant de retrouver son sérieux brutalement, tournant la tête vers Stargazer :

- Plutôt crever. Au moins c’était clair. Elle et ce type ? C’était tout bonnement impensable. Ils étaient comme chien et chat. Comme l’eau et l’huile. Le crapaud et la blanche colombe. Mais évidemment, Stargazer l’ignorait. Tout comme il ignorait en quoi consistait véritablement le travail de Perséphone. Ils se connaissaient depuis un moment déjà, et la jeune Ombre l’appréciait relativement bien, mais jamais elle ne lui avait fait part de la face caché de son boulot. Après tout, il n’y avait pas tant de personnes que ça au courant en dehors de ses collègues tels que Virus justement, Apple bien entendu, et... Intox, mais ça n’était pas collègue. Moins de personne en savait, mieux c’était pour elle.

Et qu’en était-il de Stargazer ? Elle connaissait sa position par rapport à Alice, et de ce fait savait donc qu’il était quelqu’un de sûr qui, si elle lui disait la vérité, ne la trahirait pas. Pas volontairement en tout cas. Car on n’est jamais sûr de ce qui peut se passer, et surtout de comment réagissent les gens sous la peur. Ou la torture. D’autant plus qu’avec sa récente bourde au Palais, la crédibilité de Perséphone ne tenait à présent qu’à un fil.
Elle tourna la tête pour poser son regard orangé sur Stargazer, pensive. Hm.

- Il fallait que je voie Virus. Mais il n’était pas chez lui, alors je l’ai appelé. Tu comprends donc que je ne parlais pas à mon amoureux, précisa-t-elle en riant légèrement. La suite ? C’était déjà plus dangereux à dire à voix haute, car si il y avait des espions chez Alice, il y avait aussi des espions d’Alice dans le Secteur C. D’ailleurs, plusieurs fois des gens avaient soupçonnés Perséphone d’en être une. Mais qu’importe, pour le moment, elle devait juste se faire plus discrète, car si l’aire ne regorgeait pas de monde comme le centre du Secteur C, il y avait quand même du passage, et non loin du banc où ils se trouvaient également. De ce fait, Perséphone se rapprocha doucement de Stargazer, reprenant son bras comme un peu plus tôt, et appuya son visage contre son épaule. De loin, on aurait pu les prendre pour un simple couple, et puis elle qui avait froid, comme l’avait remarqué Stargazer précédemment, un peu de chaleur n’était pas de refus. Ses lèvres toutes proches de l’oreille de Stargazer, elle souffla dans un murmure : Tu dois bien te douter qu’avec toutes mes venues ici, je ne fais pas seulement que passer le balais chez Alice. A vrai dire, je m’en passerai bien, de laver les traces de pieds de cette garce. Un léger rire. Mais j’ai la chance d’être proche d’elle et de ses toutous, alors me rebeller de façon officielle aurait vraiment été stupide de ma part. Je profite donc de ma position rapprochée pour récolter tout ce qui passe sous mon nez et serait utile à la rébellion. Un petit silence, durant lequel Perséphone ferma les yeux avant de reprendre, son bras se serrant machinalement autour de celui de Stargazer. Et parfois je trouve des choses que j’aurais préféré ne pas connaître au fond. Elle se racla la gorge. Bref, voilà. Virus est mon collègue donc je lui fait parfois quelques «rapports », je lui fait part de ce que je trouve. Elle se tût. Voilà. C’était largement suffisant. Restait à savoir si, de sa conversation avec Virus, Stargazer avait ou pas entendu de quoi elle parlait exactement. Et elle était sûr d’avoir rapidement la réponse à cette question.





P E R S E P H O N E ″
00 P59-725A

Carring is not an avantage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/MelleRory
avatar
CALL ME; [ Stargazer ]

■ MESSAGES : 123
■ AVATAR : Nagumo Haruya - Inazuma Eleven
■ DON : Lames Secrètes
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 292

MessageSujet: Re: In this world, there is real and make believe   Jeu 11 Avr - 8:00


    Oh. Il se doutait bien que ce qu'il venait de dire n'avait absolument rien à voir avec la réalité, mais il ne pensait pas qu'elle allait trouver ça drôle à ce point. Cela voulait sans aucun doute dire que la chose n'avait absolument rien à voir, alors, et que la relation – si on pouvait réellement appeler la chose ainsi – qu'elle entretenait avec l'inconnu du T.H.O.R devait être toute autre. Le 'plutôt crever' que la jeune femme ajouta à la suite ne fit que confirmer le tout. Quelqu'un avec qui elle ne s'entendait pas particulièrement bien, alors – quoi que la chose paraissait un peu évidente au vue de la conversation qu'elle avait entretenue avec l'inconnu un peu plus tôt dans la ruelle -, mais avec qui elle souhaitait parler. Parce qu'elle avait besoin de lui donner des informations sur un dossier qu'elle avait trouvé au Palais.

    Oui, vraiment. Il y avait définitivement quelque chose qui se cachait derrière tout ça.

    -Il fallait que je voie Virus, entendit-il soudainement, lui faisant détourner les yeux momentanément du vieux paquet de chips vide qui trainait par terre sur le bitume.

    Virus. Elle devait voir Virus, pour lui rapporter ce qu'elle avait apprit. Virus. Il le connaissait, Virus – oh, ça, il le connaissait pour sûr, de toutes sortes de façon qu'il aurait sans doute préféré éviter -, et il ne lui faisait pas vraiment confiance, à Virus. Et Perséphone non plus, quand on y pensait comme il faut – pas vraiment, pas encore, pas tout à fait -, mais ils étaient utiles, à leur façon. Et ils se connaissaient, ces deux là. Travaillaient ensemble, même, à ce qu'il fallait croire. Échange d'informations? Pour la Rébellion? Et – oh, une main sur son bras, est-ce qu'on était en train de lui parler, juste là?

    -Tu dois bien te douter qu’avec toutes mes venues ici, je ne fais pas seulement que passer le balais chez Alice. A vrai dire, je m’en passerai bien, de laver les traces de pieds de cette garce.

    Et elle rit. Comme s'il y avait quoi ce que soit de drôle dans le fait de parler de cette catin hypocrite – tueuse. Mais enfin, il valait mieux en rire qu'en pleurer, pas vrai? Souriant légèrement, Stargazer hocha doucement la tête, se détendant légèrement, appuyant sa tête contre celle de la jeune Ombre rousse, cherchant quelque chose à répondre pour la pousser à lui en dire plus mais pourtant incapable de formuler la moindre phrase.

    Pas qu'il en ait réellement besoin, il fallait croire, parce qu'elle avait l'air bien partie pour lui parler toute seule.

    -Mais j’ai la chance d’être proche d’elle et de ses toutous, alors me rebeller de façon officielle aurait vraiment été stupide de ma part. Je profite donc de ma position rapprochée pour récolter tout ce qui passe sous mon nez et serait utile à la rébellion.

    Et son cœur qui s'accélère, encore une fois, tandis que la poigne de la jeune femme se resserrait. Voilà. C'était là, ce qu'il attendait. Il savait qu'elle travaillait en collaboration avec les rebelles, car sinon, pourquoi passer autant de temps dans les quartiers parfois quasi-insalubres du Secteur C? Mais ce qu'elle venait de lui dire juste là... Une espionne? Perséphone? C'est tout juste s'il porta attention au reste du monologue de la jeune femme, seul quelques mots – Virus, collègue, rapports - s'enregistrant ici et là dans son esprit. Le regard fixé dans le vide, Stargazer ne pouvait s'empêcher de se demander quel était cet espèce de sentiment qui le prenait soudainement à la poitrine. Un mélange de soulagement – parce qu'il n'avait plus besoin de se méfier d'elle comme avant, plus maintenant, plus autant - et d'excitation. Parce qu'il l'avait, enfin, peut-être. Le moyen d'enfin apprendre quelque chose de vrai, de bien, d'utile, juste là à sa portée – apprendre quelque chose sans avoir besoin de baiser avec Virus comme la sale pute qu'il était -, pour autant qu'il s'y prenait comme il faut. Et de l’appréhension, aussi.

    Parce qu'il avait peur de tout faire foirer.

    -Oh, woah... fit-il à mi-voix, un sourire un peu rêveur prenant place sur son visage alors qu'il levait légèrement la tête pour fixer les nuages de pixels défilant doucement dans le ciel high-tech qui s'assombrissait de plus en plus. En fait t'es une espionne, c'est ça? Comme dans les films? Comment c'est, dit? Et Virus aussi, il en est un?

    Non, bien sûr que non, il ne l'était pas – et il le savait très bien -, mais qu'importe. De toute façon, il ne savait pas trop quoi dire, pas trop quoi faire pour qu'elle continue de parler. Et il était prêt à faire n'importe quoi – oui, n'importe quoi, vraiment - pour qu'elle lui en dise juste un peu plus.

    -Et du coup... t'as trouvé quelque chose de bien? C'est quoi, le code de destruction de Krash? ajouta Stargazer en souriant, pas vraiment sérieux, un léger rire s’échappant de ses lèvres.

    Il savait bien que non – ça n'avait absolument rien à voir avec un dossier de 'Nuisible à éliminer', mais qu'importe. Il aurait bien aimé quand même. Et rien ne l'empêchait de rêver, jamais.


Désolé de l'attente, love, pardonne moi ;w;


« The blood on your hands left a trail as you crawl »
« Down on your knees you just don't look so tall »

Merci Persé pour l'avatar ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CALL ME; [ Contenu sponsorisé ]


MessageSujet: Re: In this world, there is real and make believe   


Revenir en haut Aller en bas
 

In this world, there is real and make believe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KRASH ♛ GAME :: KRASH GAME; secteur c ::  Black Station -