AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM. WWW

Partagez | 
 

 This wonderful and painful world will be sink into the Insanity

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
CALL ME; [ Insanity ]

■ MESSAGES : 61
■ RUBIS : 74

MessageSujet: This wonderful and painful world will be sink into the Insanity   Dim 12 Mai - 16:35


Insanity_
feat; Kagamine Rin ♛ Vocaloid

anciens noms ─ Dolce Del Marcodigni âge ─ 15 ans nationalité ─ Italienne sexualité ─ Hétérosexuelle alignement ─ Partisans secteur ─ A métier ─ coursier free ou premium ─ prenium dans krash depuis ─ deux semaines
## in my head ##
Dolce, c'est le genre de personne à double tranchants, le genre de personne que tu penses connaître par cœur alors qu'en fait, tu ne sais rien d'elle, rien du tout. Pour toi, Dolce, c'est la petite fille souriante là-bas, candide, qui paraît tellement adorable et angélique. Pour toi, Dolce, c'est la petite fille gentille avec tout le monde bien qu'un peu capricieuse sur les bords. Pourtant, Dolce, c'est presque rien de tout ça. C'est vrai, elle est souriante, positive et son ton est joyeux peu importe ce qu'elle dit mais Dolce n'est pas aussi naïve qu'elle semble l'être, oh non. Dolce, c'est une garce, une pure, une dure, une vraie de vraie, malgré ses quinze ans. Elle a pas froid aux yeux, elle est toujours prête à tout pour avoir ce qu'elle veut qu'il s'agisse d'une chose intéressante ou bien complètement farfelue et sans intérêt. Le pire, c'est qu'encore, si elle était complètement stupide ça passerait, des filles comme ça, y'en a des milliers. Seulement voilà : Dolce, elle, elle ne fait pas partie de la race des cruchifères ou des blondosaurus, non, Dolce est bel et bien pourvue d'intelligence et elle sait très bien l'utilisée pour parvenir à ses fins. Dolce, c'est une tête, un cerveau. Elle n'a pas toutes les connaissances au monde, mais bien plus que les gamines de sont âge qui poussent des cris d'adolescentes en chaleur en écoutant la dernière chanson des One Direction ou de Justin Bibber, tellement plus que celles qui s'obstinent à s'imaginer à la place de Princesse Peach en attendant que Mario vienne les sauver - et entre nous, être sauvée par un plombier, c'est quand même pas la grande classe quoi -, tellement plus que les superficielles derrière leurs miroirs en train de repasser du fond de teint sur leurs visages pour la énième fois. Elle, c'est une sadique, une manipulatrice, une peste en puissance qui use et abuse de sa parfaite image d'ange innocent, sans faille, sans la moindre fissure. Dolce sait s'organiser, sait comment faire mal aux autres. Pas physiquement, parce qu'avec son mètre cinquante cinq, elle vous fera rien de bien méchant. Mais mentalement, c'est autre chose. Perfide, sordide et incroyablement persuasive, elle saura trouver la moindre petite faiblesse qui peut vous tourmentez en fouillant en vous avec ses grands yeux bleus. Elle n'aime pas abuser de son pouvoir mais il est vrai que pour le coup, elle est bien contente d'être tombée sur celui là. Pourtant, Dolce n'est pas invincible, elle est humaine après tout, alors elle a aussi ses faiblesses et en creusant bien, je suis sûre qu'on pourrait lui dénicher un ou deux bons côtés. Dolce est sensible, incroyablement gloutonne, un peu trop tactile et curieuse, maladroite, parfois tête en l'air et horriblement rancunière, si bien qu'elle vous poursuivra des années durant s'il le faut : ce n'est pas comme si elle avait grandes choses à faire en attendant. Mais plus que tout, Dolce s'ennuie perpétuellement. C'est un cycle sans fin, absurde et totalement incompréhensible mais c'est cela, Dolce s'ennuie. Comme vous et moi, elle vaque à ses occupations quotidiennes mais au lieu de posséder des périodes de creux où rien ne la motive, elle est ainsi H24 ce qui est bien caché au fond d'elle. C'est peut être pour ça d'ailleurs qu'elle aime autant faire du mal aux autres, pour ne plus s'ennuyer, chercher une forme d'amusement dans le malheur des autres. Elle s'ennuie du monde et de ce qui le fait tourner, vous, moi, elle, nous. Pour elle, tout ça n'est qu'un ennuyant jeu qui finira peut-être par l'intéressée. Après tout, une des rares choses qu'elle aime sont les contes de fées. Dolce est une mordue de jeux vidéos, aussi. Si si, je vous assure, elle ne fait pas parti des personnes qui ont atterri là juste par curiosité, elle est là car les jeux vidéos, c'est la vie, c'est le Saint Graal, la lumière pour tous, tu vois le truc ? Même Tigrou il peut pas test à côté. Elle partage cette passion avec une seule personne et ne donnerai jamais les moments qu'elle partage avec la dite personne autour de leurs consoles car après tout, ce sont bien les seuls moments qui ne l'ennuie pas. Sinon, Dolce ne sait pas cuisiner, est une bille dans les tâches ménagères en général d'ailleurs, chante très bien, est assez sportive et surtout Dieu merci elle court vite - ça sert bien plus souvent qu'on le croit -. Elle est une accro de la lecture et lit de tout, des romans aux mangas en passant aussi bien par le Yaoi hardcore - mais si, vous savez ceux où y'a ****- Hey qui censure la voix off ?! - au petit Shôjo tellement innocent et niait qu'il te fera dégobiller des arc-en-ciel, chier des bisounours et que si on t'ouvre le ventre, au lieu des organes, tu verras le monde de MLP. Mais bon, finalement, vous et moi - surtout moi en fait parce que vous vous allez en chier à mort avec celle-là - on sait que Dolce, elle est pas si méchante que ça quand on l'a apprivoisée.
## powerful ##
Persuasion Un peu comme l'hypnose, Dolce peut faire faire ce qu'elle veut à n'importe qui. Enfin quand ça marche. Parce que ça fait pas longtemps que la blondinette est ici et du coup, son pouvoir, ça marche une fois sur deux. Alors ça fait un peu con quand elle prend son air sérieux, ordonne un truc et... Se prend un fou rire en face. Surtout que, contrairement à l'hypnose, celui qui agit a encore conscience de ce qu'il fait, il agit contre sa volonté et ne peut résister ce qui amuse beaucoup la jeune fille. Dolce utilise parfois son don inconsciemment quand elle parle aux autres ce qui donne de drôles de situations bien souvent...
## & story ##
" Il était une fois,
Dans une cage dorée,
Un oisillon qui jamais ne chantait.
A cet oisillon, les ailes on avait coupées,
Car ainsi, jamais voler il ne pourrait.
Personne n'est jamais venu l'aider,
Et c'est seul que l'oisillon mourrait.
Cette histoire n'a rien de magique
Car les faits de la réalité sont tout autres
Que ceux des contes de fées. "

CHAPTER ONE ; Liberty is a small word for a big world.




Les pauvres rêvent de la vie des riches et les riches rêvent sans se soucier de la vie des pauvres. Combien de fois t'avait-on répété cette phrase à elle fragile et docile poupée qu'elle était ? Les yeux vides, le regard lointain, ses fins doigts posés contre la fenêtre, elle attendait. Elle ne savait quoi, quelque chose, un tout, un rien qui changerait ce monotone quotidien qui la constituait. Elle n'était rien, jamais elle n'aurait sa place là où elle est. Pour ceux qui ont dormi pendant le film, la famille Del Marcodigni est une famille ancrée en Italie depuis des siècles. Puissante et influente famille mafieuse, il est peu conseillé de se la mettre à dos car qui s'y frotte s'y pique. A sa tête, Angella et Lauro, unis par un mariage arrangé. Seulement voilà, une famille mafieuse, ça fonctionne moins bien sans chef et à un moment, un héritier, il en a bien fallu un. Au début, le sujet fut strictement tabou car leur mariage n'était que d'intérêt mais finalement, l'un et l'autre n'eurent plus trop le choix. C'est donc un heureux événement qu'Angella finit par attendre. Une fille ? Un garçon ? Un garçon serait mieux pour diriger la famille, c'était évident. Seulement voilà, que faire si effectivement c'était une fille ? Que faire d'une fille ? Aucune utilité au sein de la famille mais Lauro avait posé ses conditions, que ce soit une fille ou un garçon, l'enfant devrait être accepté au sein de la famille comme futur chef. Ce qui n'était pas prévu, c'est que ce ne fut ni l'un ni l'autre qui vint, mais bien les deux. Deux jumeaux, deux adorables petits êtres aux traits incroyablement similaires. Enfin, des jumeaux quoi. La réflexion fut longue, mais finalement, le choix fut prit ;

Dolce et Celio, tels étaient les noms qui leurs avaient été donnés.


CHAPTER TWO : Innocence ; another way to call stupidity.



Le temps qui passe s'écoule dans une danse perpétuelle, sans fin. L'ennui qui remplie ce temps est insipide, pénible, lourd, n'y t-il donc rien qui puisse la faire sourire ? Elle, ce petit oiseau dans sa cage dorée. Depuis combien de temps n'est-elle pas sortie ? Oh, que dis-je, jamais elle ne l'a fait. Toujours assise sur cette chaise, au bord de la fenêtre, regardant le monde extérieur ou bien sur ce banc, ses doigts appuyant sur les touches noires et blanches du piano qui trône dans sa chambre, et même encore sur son lit, allongée, les bras écartés, les yeux rivés sur le plafond qu'elle trouve souvent fascinant, jamais elle n'est sortie de cette pièce, pas une fois en huit ans d'existence. Elle en a fait des caprices, un peu, beaucoup, encaissant les gifles qui finissaient par arriver dans un torrent de larmes, ses pieds la ramenant dans cette prison qu'elle n'avait pas le droit de quitter. Mais à chaque fois, il avait été là. A chaque fois elle avait senti ses bras entourer son petit corps toujours aussi froid pour la réconforter, lui apporter cette chaleur dont elle manquait cruellement. A chaque fois, elle se laissait bercée par ses caresses dans ses cheveux blonds, son autre main essuyant ses larmes délicatement.

_ Ne t'en fais pas... Ca va aller... qu'il lui disait sur sa voix emprunte de douceur.

Il était tout pour elle, jamais elle ne lui en voudrait, à lui, son jumeau, sa moitié, la seule personne qui lui parlait de l'extérieur. Mais en même temps elle était jalouse. Horriblement jalouse. Parce que lui, il pouvait sortir. Et même si à chaque fois, ses histoires l'émerveillait, elle sentait son coeur se pincer, se serrer, mais elle ravalait ses larmes et lui offrait son plus beau sourire. A lui, elle ne lui ferait jamais de mal. Elle ferait tout pour qu'il soit heureux, il était un tout dont elle ne pouvait plus se passer. Ils avaient été élevés comme des étrangers, lui devait reprendre la famille et elle, elle n'était qu'une décoration qu'on marierait un jour, comme sa mère, pour une histoire d'argent probablement. Mais pour le moment, juste être dans ses bras, parler avec lui, le savoir dans la même pièce, ça suffisait à la combler. Pourtant, un jour, il lui montra quelque chose qu'elle n'avait jamais vue, c'était à peu près rectangulaire, ça s'ouvrait pas et ça brillait, c'était bleu, et ça avait des boutons.


_ C'est quoi, ça ? fit-elle en pointant du menton l'objet.

Il lui offrit un sourire en coin et appuya sur un bouton, allumant visiblement ce "truc".


_ Ca, Dolce, c'est ton nouvel ami. J'ai nommé la GBA.

Sceptique, elle haussa un sourcil. Un rectangle qui fait du bruit et qui affiche des images, son ami ? Il déconnait ? Il avait bu ? Elle rêvait ? Il lui mit la console entre les mains après avoir lancé un jeu et le son était tellement fort qu'elle sursauta, lâchant presque la console. Son frère émit un rire et elle grommela, trouvant après une longue recherche le bouton qui baissait le son. Il lui expliqua les règles, rien de bien méchant, il suffisait d'attraper des monstres bizarres mais étrangement adorables, de les faire monter de niveau et de battre des personnes plus fortes que soit. Rapidement accro, ils jouèrent l'après-midi ensemble mais quand il dut retourner à ses occupations, il lui laissa la console et un furtif baiser sur le front ainsi qu'une caresse dans ses cheveux et elle sourit, retournant dans son lit.

Elle n'aurait jamais crû qu'une console de jeu provoquerait lentement le début de la fin.


CHAPTER TRHEE : The name of the end is "beginning"



Ses doigts appuyaient sur les boutons à un rythme régulier, passant de temps en temps sur les touches d'un clavier, regardant son ordinateur. En quelques années à peine, la chambre de Dolce s'était métamorphosée. Celio et elle avaient fait des pieds et des mains pour posséder chacun un ordinateur et des consoles de jeux et, au vue de l'argent qu'ils possédaient, Angella et Lauro ne purent pas tellement refuser ce caprice, si bien qu'à la fin, c'était une montagne de jeux et de consoles que les enfants possédèrent. Finissant par devenir une incollable sur une grande quantité de jeux, elle passait son ennuie dedans, recommençant encore et encore les parties qu'elle finissait sans trop de difficultés, s'organisant des parties inoubliables avec son jumeau, mais malgré tous les paysages que les jeux lui offraient, sa soif restait inassouvie et un jour, la fissure s'ouvrit pour de bon.

_ Celio ? fit-elle, manette en main, les yeux rivés sur l'écran, en tailleur par terre.
_ Oui Dolce ? répondit-il dans la même position qu'elle.
_ Je vais partir.

Il ne comprit pas tout de suite, riant légèrement.

_ Où donc ? Dans le jardin ? Père et mère ne te laisserons pas faire et tu le sais. Quelle plaisanterie !
_ ...

Un silence pesant s'installa tandis que le jeu continuait. Et puis une bombe atterrie sur la partie droite de l'écran, réservée à Celio, un Game Over s'affichant en rouge sur l'écran avant qu'il n'apparaissent à nouveau. Une bombe, voilà quel effet cela avait provoqué dans la tête du jeune homme.

Une véritable troisième guerre mondiale.

Il commença par écarquiller les yeux, le temps que l'information et le véritable sens de ces trois mots lui parviennent et sentit une goutte de sueur perler sur sa tempe. Il la regarda du coin de l'oeil. Elle semblait si calme malgré après avoir provoqué cette tempête, c'était fou. Il posa sa manette sèchement, se mettant devant l'écran.


_ Où vas-tu ?
_ Tu gênes.
_ Quand est-ce que tu comptes revenir ?
_ Pousses-toi.
_ Tu comptes me laisser seul, c'est ça ?
_ Décales-toi au moins, s'il-te-plaît.
_ Réponds-moi Dolce !
_ Tais-toi !

Le bruit d'une bombe qui s'écrase, une musique qui se lance pour signifier l'arrêt du jeu, elle était en face de lui, les yeux écarquillés.

Elle venait de le gifler. Et on pouvait déjà voir une marque rouge sur sa joue, nette, précise. Ils étaient tous les deux aussi choqué l'un que l'autre. Il tourna les talons, ouvrit la porte et partit en courant. Elle sentit les larmes monter et posa sa manette, enfilant au plus vite ses sandales, le poursuivant dans sa maigre robe malgré l'heure tardive. Leurs parents dormaient déjà et elle pouvait donc en profiter pour sortir, profitant de la surprise des gouvernantes pour le suivre.


_ Celio, attends !

Il faisait nuit, elle ne voyait rien, distinguant seulement quelques forment vagues et, lorsqu'ils s'enfoncèrent dans la forêt, elle sentit les branches d'arbres l'écorcher, les pierres érafler ses pieds mais sa cadence ne ralentissait pas, le souffle court dû au fait qu'elle ne faisait pas d'exercice. Elle l'avait perdu de vue et s'était complètement perdue, avançant à l'aveuglette. Mais elle ne vit pas le bord du rocher et son pied l'entraîna dans une chute sans qu'elle ne comprenne, sentant simplement deux bras autour d'elle. Et, lorsqu'elle ouvrit à nouveau les yeux, se relevant difficilement, elle aperçu le visage du détenteur de ces fameux bras qui l'avaient protégée.

Son visage se figea, prenant peu à peu une grimace horrifiée et elle sentit à nouveau les larmes monter, mais cette fois-ci, un torrent arrivait, elle le savait. Sa voix ne voulait pas provoquer le moindre son, elle ne se déclencha qu'en même temps que la première larme qui coula sur sa joue et, dans la nuit noire et silencieuse, un cri de désespoir se fit entendre alors que le visage éclairé par la lune ne lui était que trop familier.
" Celio "qu'elle avait crié à pleins poumons.

CHAPTER FOUR : My head is like a F.I.R.E.W.O.R.K.



Elle pleurait.
Ca lui était déjà arrivé de nombreuses fois, mais celle là était différente.
Parce qu'elle ressentait quelque chose qu'elle n'avait encore jamais ressentie.
C'était désagréable, ça lui prenait la gorge, le coeur et ça lui tordait l'estomac.
Oui.
Elle était morte de trouille.
Elle tremblait et elle ne pouvait détacher son regard du sang qui coulait sur le visage de son jumeau.
Elle devait agir. Mais comment ?
Et puis elle entendit une musique, légère mais rythmée qui provenait de la poche de son frère. Elle sortit un portable et décrocha d'une voix chevrotante.


_ A-Allô... ?
_ Dolce ? Dolce c'est maman ! Dolce où êtes-vous ?! Où es ton frère ?! Dolce, tu m'entends ?!

Elle n'arrivait pas à parler correctement, les larmes étaient les plus fortes alors elle balbutiait des mots incompréhensibles avant de se reprendre un minimum.

_ Maman s'il te plait dépêches-toi, Celio est blessé, on est tombés d'un rocher un peu haut et il saigne je sais pas quoi faire, j'ai peur, je vois rien, on est dans la forêt à côté de la maison, s'il te plaît fait vite maman... !

Elle entendit un cri puis un clac, un bip sonore retentissant dans son oreille. Elle avait dit tout ça à une telle vitesse qu'elle n'était même plus sûre de pouvoir le répéter entièrement. Elle regardait son frère, le visage aussi pâle que le sien, déformé par la tristesse et l'autre paisible, comme s'il dormait et elle éclata à nouveau en sanglots, se tenant à lui.

_ Celio, je suis désolée... S'il te plait, ne pars pas, ne meurs pas... Je...

Les mots restaient coincés dans sa gorge, alors elle fit le geste qu'elle rêvait, inconsciemment de faire depuis des années, même si elle savait qu'elle ne devrait pas, que c'était mal, que c'était lâche de le faire alors qu'il était inconscient, mais elle le fit, elle posa ses lèvres sur les siennes, ses larmes coulant sur ses joues avant de redresser son visage au dessus du sien.

_ Je t'aime.

Elle entendit des bruits de pas, une alarme, elle se recula, la panique faisant place au soulagement et aux remords ainsi qu'à la honte tandis qu'elle apercevait le visage de sa mère et de son père pendant que le soleil se levait.

CHAPTER FIVE : Even if you don't how much I love you, I will cry in this oppressive silence



Quelques mois s'étaient écoulés depuis l'incident dans la forêt. Celio n'en avait apparemment aucun souvenir ce qui arrangeait grandement Dolce qui elle, souffrait en silence depuis qu'elle avait prit conscience de cet amour qui grandissait de jour en jours envers son frère. Elle ne se sentait pas sale, plus honteuse, ni même lâche. Enfin si un peu quand même. Mais elle avait surtout peur. Peur qu'il comprenne un jour, peur qu'il découvre que sa soeur avait un sérieux problème niveau éthique dans sa tête. Ouais, un léger problème que l'on nomme "inceste". Sauf que voilà, elle n'y pouvait rien. Alors elle agissait comme avant, toujours souriante, ils avaient tout deux passé l'éponge sur ce qu'il s'était passé. Et c'est alors que, bien qu'elle pensait que tout était enfin redevenu comme avant, ils reçurent un mail. Un drôle de mail. Ils l'ouvrirent, l'un à côté de l'autre, chacun sur son pc et le lurent, des étoiles dans les yeux. Sans hésité, ils s’inscrivirent, connaissant très bien le code de leur maman chérie noté sur un petit bout de papier -on ne sous-estime pas les enfants de mafieux, bitch please- pour prendre un compte prenium car ils ne faisaient jamais les choses à moitié. Et quand le 99% se figea, ils tirèrent une drôle de tête mais à peine avaient-ils échangés un regard qu'ils se firent aspirés par l'écran, sans rien comprendre. Des options, des choix, un pseudo et tout ce qui allait avec, la demoiselle, gardant son apparence, s'amusa comme une folle à essayer les vêtements qui lui faisaient plaisir, finissant par valider son choix sans trop comprendre. Puis elle ouvrit les yeux.

Elle était seule.

Au milieu d'une ville, de gens qu'elle ne connaissait pas.

Elle tourna la tête à droite, à gauche, en l'air, regardant même le sol, écoutant d'une oreille les voix autour d'elle.

Personne.

Il n'était plus là.

Celio avait disparu.

Elle était vraiment seule à présent. Elle sentit une fois de plus les larmes monter mais les ravala fièrement et fit un pas dans ce nouveau monde qui s'offrait à elle, l'occasion de vivre sa vie ne se présenterait pas de fois, elle le sait.


_ Game start.
## behind the screen ##
prénom ou pseudo ─ Doudou ♥
comment as tu découvert Krash ─ Par tonton Touchedown ♥
inventé ou prédéfini ? ─ Inventé (`v`)/
double compte ? ─ Ah bah nah.
parrainé ? ─ Ah bah wi.
un dernier mot ─ Les Smourbifs envahiront le monde (`v`)~


Dernière édition par Insanity le Mer 15 Mai - 19:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CALL ME; [ Light ]

■ MESSAGES : 514
■ AVATAR : Kutani Ryou (HnK) / originaux random
■ DON : Jeu de 52 cartes
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 964

MessageSujet: Re: This wonderful and painful world will be sink into the Insanity   Dim 12 Mai - 16:41


Je te l'ai déjà dit mais...

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE. ♥ Je t'aime. Need un lien. ♥♥


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yggdrasill-treet.forumgratuit.org/
avatar
CALL ME; [ Insanity ]

■ MESSAGES : 61
■ RUBIS : 74

MessageSujet: Re: This wonderful and painful world will be sink into the Insanity   Dim 12 Mai - 16:48


Je te l'ai déjà dit mais...

MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII. ♥ Je t'aime aussi Pôpa ♥ Dès que je serais validoch tu l'auras. Parole d'Alpaga rose ♥


Dernière édition par Insanity le Dim 12 Mai - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CALL ME; [ RAM ]

■ MESSAGES : 330
■ AVATAR : panty anarchy ♛ panty and stocking with garterbelt
■ DON : Pistolet de la Justice
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 482

MessageSujet: Re: This wonderful and painful world will be sink into the Insanity   Dim 12 Mai - 19:37


    ... Pôpa ? (je) (j'ai bu) (aidez-moi)
    Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue ♥




         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CALL ME; [ Insanity ]

■ MESSAGES : 61
■ RUBIS : 74

MessageSujet: Re: This wonderful and painful world will be sink into the Insanity   Dim 12 Mai - 19:49


Oui, Pôpa. C'est mon Pôpa à moi Light ♥ (non) (t'as pas bu) (je t'ai droguée, c'est tout) (/pan)
Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CALL ME; [ Perséphone ]

■ MESSAGES : 500
■ AVATAR : Inoue Orihime
■ DON : Barrettes Espionnes
■ ALIGNEMENT : Rebelle
■ RUBIS : 597

MessageSujet: Re: This wonderful and painful world will be sink into the Insanity   Mer 15 Mai - 19:27



BIENVENUE PRINCESSE ♥
!
Bleh, tout est okay ♥
J'aime beaucoup ton perso et son histoire, j'espère que tu t'amuseras bien sur Krash ! Si tu as un quelconque soucis ou une question, n'hésites pas à me mp. Je te laisse jouer maintenant ! Love. ♥


P E R S E P H O N E ″
00 P59-725A

Carring is not an avantage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/MelleRory
CALL ME; [ Contenu sponsorisé ]


MessageSujet: Re: This wonderful and painful world will be sink into the Insanity   


Revenir en haut Aller en bas
 

This wonderful and painful world will be sink into the Insanity

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KRASH ♛ GAME :: KRASH GAME; virtualisation :: Enregistrement :: •• Validées-